Sud de Majorque

Jeudi 20 juillet 2017

Une fois de plus, Eole et Poséidon étaient contre moi… des vents contraires m’empêchaient à rallier Minorque qui n’a jamais, autant que durant cet été, usurpé son surnom de l’île aux vents. Qu’à cela ne tienne, décision fut prise de contourner l’île de Majorque par le sud à travers une navigation de près de 130 milles nautiques pour la rejoindre. Le tout en prenant soin de déguster quelques escales tout de même. Première de la liste : la cala Sant Elmo que je connaissais pour y avoir fait escale avant de rallier Ibiza en 2013.

Cette navigation fut sympathique mais accablée de chaleur avec un bon vent frais de 25 noeuds à l’arrivée pour se rafraîchir les idées et rappeler que décidément cette année, le vent était vraiment de la partie et avait décidé de jouer les troubles fêtes.

La descente vers le sud de Majorque fut l’occasion d’admirer les belles montagnes et falaises tant vantées par Georges Sand et Chopin lors de leurs retraites romantiques dans cette île. Nul doute que l’ambiance devait être fortement différente à l’époque avec moins d’allemand, de bières et de saucisses frites… mais je caricature car l’île de Majorque est immense et recèle encore des secrets et des paysages magnifiques et préservés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les falaises de la côte ouest de Majorque

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je mouillai tranquillement dans une belle eau turquoise par 6m de fond. Rien de particulier à signaler dans cette crique à part la présence d’un hôtel qui propose un petit concert de musiques ringardes jusqu’à 22h30 (genre Tino Rossi and co…, j’imagine la gueule de la clientèle).

Je craignais la même expérience qu’il y a 4 ans avec, sur l’île Pantaleu (prononcer « pantaeleou ») proche du mouillage, des couvaisons de je ne sais quelle bestiole (cormoran ? goeland ? faucons ? ou bien terrestre ???) qui font un raffut de tous les diables comme des milliers de bébés qui gueulent. Pour cette fois j’étais suffisamment éloigné pour ne pas les entendre. Petite anecdote historique qui me parait discutable : il parait que c’est sur ce cailloux que le roi Jaume 1er d’Aragon débarqua avec ses troupes sur l’île en 1229. Je veux bien imaginer que les armées de l’époque ne comptaient pas des millions d’hommes, mais ici l’îlot ne peut en compter qu’une centaine… à vérifier.

Pour cette fois je dormais comme une enclume !

A noter :

  • Ne pas hésiter pour mouiller à aller au fond de la crique près des bouées de baignade.
  • Des bouées sont proposées pour s’amarrer mais j’ignore le tarif.
  • Attention au fond avec parfois des monticules de roches couvertes de posidonie. En tenir compte lors de l’évitage.
  • Attention de ne pas mouiller près de l’île de Pantaleu au risque de ne pas dormir de la nuit…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s